David Booth


487, rue des Vétérans
Rimouski, (Québec)



La Poterie du Renard Caché produit maintenant des pièces utilitaires de table en séries limitées. Je mets l'accent sur le développement. La production est donc continuellement en évolution, surtout grâce à un désir d'apprendre et de comprendre. Néanmoins, l'objectif est de produire des pièces (bols, tasses, assiettes, beurriers, pichets, jarres, théières etc.) qui enrichissent la vie quotidienne et qui sont agréables à manipuler.

J'utilise surtout des grès. La plupart des pièces sont tournées. La cuisson se fait en oxydation dans un four électrique à cône 6. Les glaçures sont de plusieurs types différents. Cependant, pour valoriser les recettes des produits naturels, je minimise autant que possible l'utilisation des frits et j'évite des pigments commerciaux. L'application par pinceau est la technique préférée pour que chaque pièce ait une allure unique. Depuis plusieurs années, l'interaction entre des glaçures différentes m'intéresse. Cependant, présentement je cherche des finitions plus mattes, plus rugueuses, avec des textures variables pour accentuer l'expérience tactile sans perdre la qualité utilitaire.

Les sources d'inspirations sont nombreuses mais se trouvent de plus en plus dans des œuvres anciennes: l'art paléolithique des cavernes européennes jusqu'à la poterie normande du moyen âge d'Irlande et de Grande Bretagne. Cependant, la poterie qui m'inspire le plus actuellement est celle de l'âge de bronze en Irlande, surtout la poterie du peuple « Beaker ». Bien que cette poterie soit beaucoup moins développée par rapport à la production dans certains coins de monde à la même époque, elle représente une période importante d'innovation en céramique, par rapport à la forme mais aussi sur le plan de décoration. Pendant le millénaire suivant, il y a eu peu d'évolution en céramique jusqu'à l'arrivée des Normands sur les côtes celtiques. En voyant une pièce fabriquée il y a 3 ou 4 mille ans, toujours entière malgré son état fragile, on devient conscient de comment l'ingéniosité humaine traverse les âges.

L'objectifn'est pas de faire des reproductions. En utilisant les matériaux et les techniques modernes, j'espère laisser l'allure de cette poterie ancienne influencer certaines pièces de ma production. Cette expérience me relie avec les peuples de la préhistoire, mais en même temps je me rends compte comment ma propre production céramique laisse des traces de notre monde actuel. Ces traces pourraient peut-être encore exister dans 3 ou 4 mille ans. Il s'agit d'une réflexion qui me rend humble devant les peuples anciens qui ont réussi à faire autant avec si peu.