Louise Claveau



1220 avenue Briand, app.305
Québec (Québec)
G1R 5X2


Ouvrir l’atelier lumineux comme un cadeau de la vie à chaque fois, s’installer au tour, mettre les mains dans cette terre blanche, douce et presque crémeuse… voilà qui donne un peu le ton… Jouissif!

Pourtant je me demande souvent à quoi sert d’ajouter un vase de plus dans cet univers d’abondance? Qu’est-ce qui justifie la légitimité d’un ajout en ce monde déjà largement chargé d’objets? La préoccupation justement, de ne pas surcharger inutilement. Le plaisir, le simple plaisir toujours renouvelé… Plaisir de partir de rien et de faire, plaisir de chercher, d’essayer, plaisir de manipuler, de choisir, plaisir des yeux, des mains …

Et si on m’accordait un seul mot de la langue pour définir mon travail, je parlerais de simplicité.

Ma production pourrait en effet se résumer à une recherche de simplicité dans l’exécution: pas d’anse, peu de couvercles, pas de fioritures, peu de textures, pas même de traces de doigts; mes pièces sont patiemment lissées et le plus mince possible. J’introduis graduellement à ma collection des pièces volontairement déformées, et, petit à petit, je recourre ou je complète avec la technique du façonnage. Le plaisir est dans l’intention de pureté de la forme. À la limite, créer des objets «au premier degré» ne me motive pas. Un article pour tel usage, un autre pour telle autre destination, c’est encore trop, c’est gonfler inutilement le contenu des armoires, des comptoirs, des surfaces. Mes pièces sont plutôt multifonctionnelles : on peut étendre l’ utilisation d’un simple bol à un vase à fleurs, un gobelet, une tasse, un sucrier, une boite à bijoux, à fleur de sel, à rangement pour le matériel de bureau, etc.

Je travaille avec une argile blanche, la plus délicate à tourner, la porcelaine. Elle m’intéresse pour la finesse de sa texture, son aspect contemporain et «urbain», pour la qualité de sa blancheur et la lumière qui en émane. Le blanc ouvre tous les possibles…

J’ai une patience infinie pour tournasser mes pièces, cette opération de finition qui vise, à consistance durcie de la porcelaine, à la débarrasser de tout excès, à affiner les parois, alléger les lignes et épurer la forme définitive.

Dans le même esprit, mes décors sont résolument minimalistes : des teintes plutôt claires, gaies, appliquées au vaporisateur si possible pour faire plus uniforme ; un trait graphique spontané, une ligne onduleuse, une réserve, une écriture gestuelle, une tache de couleur… Ce procédé me parait suffisant pour donner une présence à la pièce et faciliter son insertion dans la décoration des acquéreurs.