Daniel Martineau



110, 12 ième rang est
Arthabaska, (Québec)
G0P 1B0



La création se compare facilement à la respiration : inspiration, pause, expiration, pause…Cette volonté qu’a l’artiste de créer se doit d’être également aussi naturelle que la respiration. Vitale également pour lui car sans création, pas de vie, plus rien à faire, à dire, à être. Chaque jour, c’est la même chose : inspirer, expirer, écouter, parler, lire, écrire et l’artiste est écrivain, dans la forme, dans la couleur, dans l’âme et la matière en est le contenant. Il faut s’arrêter devant l’objet et découvrir le contenu, patiemment, sans rien bousculer, regarder, prêter l’oreille et savourer.
Mes gestes sont guidés depuis toujours par la même ligne directrice : présenter beauté, tendresse et douceur. Une démarche artistique, c’est l’itinéraire d’un artiste. On sait d’où l’on vient, par contre, on se doute bien où l’on s’en va, sans jamais être vraiment sûr de sa destination, ni du chemin pour s’y rendre. Créer naturellement comme la respiration. Et par sa création, laisser sa marque, son empreinte.
Une démarche créative, c’est toute une vie, ce qu’elle apporte de joies, de peines, d’amour et d’émotions. La sérénité et les tourments de l’artiste font leur œuvre. Le spectateur sensible pourra être en mesure de lire à travers l’objet et percevoir, lui aussi, les émotions qui habitent l’œuvre et l’artiste. Comme le disait si bien le renard dans «Le Petit Prince» d’Antoine de
Saint-Exupéry : «On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux» .
Je suis un de ces fous qui croient encore en un monde où les valeurs fondamentales de l’être priment sur l’avoir, où les émotions et les sentiments se disent et se comprennent encore. À travers mon œuvre, je suis sculpteur d’émotions et de rêves et l’argile est ma complice…

Merci de partager ce monde avec moi,

 

Daniel Martineau
Céramiste-sculpteur