Fabienne Synnott



275, rue Marcel-Cantin
Québec, (Québec)
G2A 2L2


Démarche artistique
Je suis émue par beaucoup de chose qui semblent très simples: la lumière du soleil qui passe au travers d’une feuille d’érable; les conversations silencieuses; la lumière, les motifs, contrastes et camaïeux que nous offre la nature. Je suis fascinée par les mythes, contes et légendes et par leurs contenus archétypaux. La place de ces motifs universels est installée dans toutes les cultures depuis la nuit des temps et fait la synthèse de l’expérience humaine. Je suis profondément intriguée par ce corpus central qui nous relie; en particulier par la dynamique de ses contrastes.
Je travaille avec du grès et de la porcelaine cuits à 1300° C en réduction, habituellement au gaz et parfois au bois. J’aspire à comprendre les matériaux et les procédés assez pour bien mettre la table: savoir lire la rivière pour que le canot y glisse gracieusement. J’estime les techniques, matériaux et procédés comme des partenaires avec qui je peux engager une conversation complexe. Je veux écouter au moins autant que je parle…Travailler, jouer, expérimenter assez avec cet outil, ce pinceau, cette glaçure pour en arriver à lui laisser faire ce qu’il fait de meilleur. J’aime les procédés et les glaçures qui ont de fortes personnalités. Lorsque j’ai fait ma part, la flamme réductrice pourra donner vie à mes pièces.

Artist Statement
I am deeply touched by seemingly simple things: sunlight through a maple leaf; unspoken dialogues between people; light, patterns, motifs and contrasts in nature. I am fascinated by folktales, myths and legends, in particular for their universal archetypal content. The placement of universal motifs in the lore of all cultures dates back from the beginning of time and sums up what human experience is comprised of. I am intrigued by the core that connects us all especially in the way it is expressed in the dynamics of opposites.
I attempt to distill my perception of the world, simplify it to the utmost and instil it back in my work. In contact with my work, some viewers may then connect to the universal part of their own center. Working with high fire porcelain or stoneware that are fired in reduction, I strive to understand materials and processes enough to be able to set the table properly: learn to read the river so the canoe can gracefully glide on it’s current. I approach techniques, materials and processes as partners with whom I can have intriguing dialogues. I should be able to listen at least as much as I speak. Work, play, experiment enough with this tool or that glaze so I can eventually ‘step aside’ and let it do what it does best. I enjoy working with glazes and processes that have a strong personality. When all has been said and done properly, the reduction flame might bring my work to life.

Bio
J’ai passé mon enfance à parcourir les bois, à jouer avec des cailloux, à lire de merveilleux contes sortis tout droit d’une autre époque, dans de vieux livres poussiéreux, illustrés de gravures magnifiques… la forêt était mon amie, j’étais moi même dans un conte très ancien.

La nature a toujours été mon plus grand maître.
de 1979 à 1991 j’ai étudié en Arts au Cégep Marguerite Bourgeoys, puis à l’université Mc Gill, (sous Lynn Studham entres autres), et à Laval où j’ai écrit un mémoire de maîtrise portant sur le processus de création
.Il y aura aussi, de 88 à 99, une longue pause de création .
Je reprendrai l’argile à bras le corps dans ma vie à partir de 1999, et tomberai en amour avec les cuissons en réduction en 2000. Quand je verrai mon premier bol shino, légèrement carbonisé, en ouvrant la porte du four,je saurai que je viens de trouver mon chemin. Je n’avais certes pas encore compris à quel point il serait complexe, mais depuis, ma passion pour les cuissons en réduction ne cessera jamais de grandir.

Depuis douze ans… j’installe et rode mon four à gaz, chez moi, vous en avez ici quelques té-moins. Je cuis en réduction, il me faut donc avoir un four que je connais, sur lequel je peux compter…
Le jeu des réductions consiste à priver d’oxygène l’atmosphère du four, à des moments clé. La flamme sera donc obligée d’aller ‘voler’ ses molécules d’oxygène soit dans la terre elle même, ou dans les glaçures, ce qui produira les merveilleuses variations de couleurs tout à fait carac-téristiques des cuissons en réduction.

Ces cuissons à très haute température (2340°F-2380°F) vous donnent des pièces particulière-ment résistantes, qui peuvent bien aller au four et au lave vaisselle. (Les pièces avec glaçures irisées métalliques n’aiment pas trop le micro-ondes…) Pour permettre à vos pièces de vivre le plus longtemps possible… évitez les chocs thermiques!